Villeneuve lès Maguelone

René POITEVIN

Réponse à Monsieur Baqué, correspondant de presse de lui-même. 

Baque menteur

Monsieur Baqué,

Je constate que pour me trouver des casseroles vous allez chercher jusqu’à deux générations avant moi. Cela est flatteur pour moi et odieux de votre part de s'en prendre à une personne qui ne peut répondre puisque décédée en 1972. A chacun ses valeurs.

Rien n'est caché comme vous le laissez supposer. René Poitevin apparait dans plusieurs ouvrages et les faits auxquels vous faites référence sont précisés depuis toujours. Rien de bien nouveau, sauf vraisemblablement pour vous.

Oui, René POITEVIN  a été nommé le 13 septembre 1944, ceci dans le strict respect du programme du C.N.R., pour présider à une cour martiale de la Libération. Il fut d’ailleurs un des présidents les plus magnanimes qui était apprécié aussi bien par les communistes que par les autres mouvances de la Résistance.

Ce 13 septembre 1944, Il eut à faire juger 19 prévenus. Huit furent condamnés à mort, neuf à des travaux forcés dans le temps (avec durée de temps) et deux pour qui il y eut une demande de complément d’information.  Vous parlez d’innocents ? Ces « innocents » étaient des miliciens ou des collabos, pas vraiment des innocents ; disons que cela dépend du coté où l’on se trouve cher monsieur.

Je vous donne les noms de 16 innocents Résistants qui eux se battaient pour la Liberté. Ils ont été fusillés par les miliciens à la MadeleinePierre AURIOLLouis BONFILSHenri GARCIAFrancis GAUSSENGabriel HISPARoger MENUSIERRaymond MIGLIARIOAntoine, MIRALLESJean-Marie PITANGUELouis PLANTADIGeorges PIERRULouis RACHINELJoseph SAURIAimé SAUVEBOISRené SÉNÉGASPierre STOLL.

Un autre? Pierre Bouissinet.

Ces cours martiales  ont été une nécessité pour ne pas que la population avide de vengeance ne  jette sa vindicte sur tout le monde et n’importe qui. Elles ont été créées, que cela vous plaise ou pas, dans le respect du programme du C.N.R.  

Sachez donc que "deux sortes de cours martiales furent instituées en 1944, celles créées par le régime de Vichy par la loi du 21 janvier 1944 et celles établies par les FFI à partir du 28 août jusqu’au 14 septembre. Elles furent remplacées par une Cour de Justice en fonction de l’ordonnance du Gouvernement provisoire de la République du 26 juin 1944. Elle eut pour mission de juger les actes de collaboration avec l’ennemi commis entre le 16 juin 1940 et la Libération. Elle fonctionna jusqu’en 1948."

Sachez également que je suis fier des actions qu’a mené mon grand-père René POITEVIN, fier de ses évasions, fier qu’il ait organisé des chaines d’évasions de prisonniers de guerre,  fier qu’il ait fait évader des geôles nazis des résistants, fier qu’il ait supporté les ignobles tortures perpétrées par les miliciens nazis de la brigade Marty, fier des actions de sabotage qu’il a organisé, fier qu’il ait également abattu  ou  fait exécuter des nazis... C’est grâce à des actions comme celles-ci  que des milliers d'hommes de la Résistance on fait qu’aujourd’hui, des gens comme vous peuvent se vautrer librement dans la fange qu’ils créent et affectionnent...

Vous avez choisi à des fins bassement politiciennes de mettre en doute la moralité de René Poitevin  ainsi que la mienne, sachez que j'ai publié votre lettre de menace anonyme afin que chacun  sache qui vous êtes réellement. Je réserve mes droits à votre égard concernant les propos que vous tenez.

Je vous prie Monsieur d'agréer mes saluations à leurs justes valeurs

 

Détails condensé des services rendus par René POITEVIN.

Renepoitevin 1