Villeneuve lès Maguelone

commentaires sur le rapport de la cour des comptes du 14-12-2006

Évoqué au cours du Conseil Municipal du 15 février 2007 de Villeneuve les Maguelone:

Les finances de la commune qui ne seraient pas en rouge

Après vérification des comptes et de l’examen de la gestion de la commune pour les exercices 1997 et suivants, le président de la chambre régionale des comptes était venu en mairie pour un entretien en juillet 2005 et avait délibéré en mars 2006 sur le principe d’un rapport d’observations provisoires.
Gérard Bouisson maire de la commune aurait transmis en juin 2006 un courrier avec divers commentaires aux observations formulées avec transmission de pièces justificatives, et la chambre avait arrêté son rapport d’observations définitives qui prenaient en compte le contenu des commentaires de Gérard Bouisson.
C’est le résultat de ce rapport qui était l’ordre du jour numéro un du conseil municipal qui s’est réuni le jeudi 15 février. Le maire de la commune a donné des explications sur les annotations de la chambre régionale des comptes.
« Comment faut-il faire, dira Gérard Bouisson, si d’un côté on nous reproche d’avoir trop d’employés municipaux, de ne pas financer assez et de faire des emprunts, alors que le nombre d’habitants de la commune ne cesse d’augmenter ».
 
Pour Eustaquia Pialoux adjoint chargé des finances, la commune est obligée d’embaucher même si le conseil de la cour régionale demande d’y mettre un coup de frein.
  
« En fait, ajoutera Gérard Bouisson, la cour régionale des comptes se base sur des résultats de recensement qui ont plus de deux ans, avec un retour de compensation cinq années après ».
 
Pour Henri Viols, les comptes de la commune ne sont pas dans le rouge.
 
Le maire en profite pour rappeler que lorsqu’il a pris ses fonctions le budget dont il avait hérité avait été mis sous tutelle, et que durant les trois premières années de son premier mandat il n’avait projeté aucune réalisation afin d’économiser et redonner un bol d’air au budget de la commune.
 
 Noël Ségura, conseiller municipal délégué posera la question sur la continuité des projets engagés et c’est Jean-Claude Bonnafoux qui confirmera que les projets actuellement en cours seront réalisés, étant donné que la commune ne s’engage à effectuer des travaux qu’après signature de l’engagement aux promesses de subventions.
  
« Dans quelques jours nous débattrons sur le budget définitif mais auparavant le budget primitif sera discuté, et là, il est possible que des projets dont les subventions ne seraient pas engagées, puissent se retrouver gelés » conclura Gérard Bouisson avant de faire procéder au vote dont s’abstiendra Philippe Delbar.